Spacer

 

Google Translate

IPEN

A Toxics-Free Future

L’ONG Les Amis de la Terre-Togo s’oppose à l’usage de l’amalgame dentaire au Togo

http://vert-togo.info/long-les-amis-de-la-terre-togo-soppose-lusage-de-lamalgame-dentaire-au-togo/

Le Gouvernement Togolais doit mettre fin à l’utilisation d’amalgames dentaires chez les enfants de moins de 16 ans, les femmes enceintes et celles qui allaitent. C’est en substance le message qui a été porté  par les responsables de l’ONG les Amis de la Terre-Togo à l’endroit des autorités compétentes à l’issu d’une  séance de travail  avec des Organisations de la Société Civile (OSC) et la délégation du Président de l’Alliance Mondiale pour l’élimination du mercure dans la dentisterie ce mercredi à Lomé.

A en croire la délégation venue en visite au Togo, composée essentiellement de Charlie Brown, le Président de l’Alliance mondiale pour l’élimination du mercure dans la dentisterie, de Madame Adetonah Sounkoura (GAPROFA), et de Monsieur Dominique Kpokro (CASE), le  mercure constitue une grande menace pour la vie de l’homme et pour son environnement. Et de  surcroît, la  particule en question est un élément de base dans la composition de bon nombre d’équipements médicaux dont particulièrement les amalgames dentaires.

Le mercure est une substance chimique d’inquiétude mondiale en raison de son transport sur une longue distance, dans l’atmosphère, de sa persistance dans l’environnement une fois introduit par l’homme et de sa capacité à se bio accumuler dans les écosystèmes.

L’exposition au mercure peut endommager les organes vitaux de l’Homme comme le cerveau, le cœur, les reins, les poumons, le système cardiovasculaire et le système immunitaire, en particulier chez les femmes, le fœtus, les enfants et les nourrissons.

Le Directeur Exécutif par intérim de l’ONG les Amis de la Terre-Togo, kokou Amegadze au cours de sa déclaration à l’issu de la séance de travail  a touché du doigt le faible niveau de sensibilisation des Togolais aux dangers du mercure dans les amalgames dentaires.

« L’amalgame dentaire est encore largement utilisé et constitue le matériau d’obturation des cavités résultant de l’élimination de tissus dentaires affectés généralement par des caries et le plus abordable répondant aux besoins de Santé réparatrice des Togolais. La disponibilité limitée du personnel en santé bucco-dentaire, des infrastructures de service et des matériaux appropriés pour la restauration dentaire, et le cout élevé du traitement de restauration dentaire, le nombre limité de cliniques dentaires et de centres pour fournir des services à la population Togolaise » a-t-il indiqué.

Et de poursuivre « Conformément aux dispositions de la convention de Minamata il faut que le gouvernement lance une approche multisectorielle coordonnée en faveur d’une élimination de l’utilisation de l’amalgame dentaire au Togo ainsi que d’actualiser le programme de formation des écoles dentaires pour mettre l’accent sur la dentisterie sans mercure »

La convention de Minamata

La reconnaissance des impacts négatifs du mercure sur la Santé des personnes et l’environnement a conduit à l’adoption et à la signature de la Convention de Minamata par plus de 128 nations au monde, le 10 octobre 2013 à Minamata, au Japon y compris le Togo.

Le pays est devenu membre de la Convention de Minamata sur le mercure en la ratifiant le 03 février 2017. Cependant, il y a des efforts pour lancer des programmes qui assureront une réduction significative de l’utilisation du mercure.

La convention est entrée en vigueur le 15 août dernier, après avoir été ratifiée par 84 pays, des matériaux alternatifs de restauration directe comme les composites , les compomères et les céramiques peuvent être utilisés pour la restauration de cavités carieuses et non carieuses des dents antérieures et postérieures en fonction de critères de sélection et d’indications spécifiques ; le Ministère de l’environnement et des Ressources Forestières, le Ministre de la Santé et de la Protection Sociale , l’ONUDI et d’autres parties prenantes se sont engagés pour l’adoption du Rapport d’évaluation de la mise en œuvre de la Convention de Minamata du Togo.